Dierre et d’aujourd’hui

 

Clôture de notre année musicale ce week-end à Dierre.

Le public est venu nombreux (le décompte est en cours, police et artistes ne sont pas d’accord) ce dimanche pour profiter avec nous de cette belle église Saint-Médard dont l’acoustique est propice à la résonance des voix, et l’architecture exempte de toute trace d’humidité en dépit des crues récentes.

Le programme, qui mêlait les musiques sacrées de différentes sources à des chants traditionnels géorgiens, italiens ou hébreux a conquis les auditeurs et nous a fait partager de belles émotions, jusqu’aux larmes, d’après certains.

Deux moments forts du concert (et une anecdote) :

  • La reprise du Vivo sin vivir de Raphaël Terreau : le lieu était idéal pour la mise en espace de cette œuvre et la résonance des harmoniques délibérément recherchées dans certains passages. Vrai ! Aux dires de quelques spectateurs, on entendait chanter les anges.
  • Le final composé de trois chants géorgiens. C’était l’occasion de faire découvrir au public cette tradition de polyphonies méconnue.
  • Pour l’anecdote (mais ce qui touche au visuel, à notre époque, est tout sauf anecdotique), ce fut aussi l’occasion de vous faire profiter de notre mue, je veux parler de notre nouveau costume, tout beau tout neuf, et qui nous donne un petit air slave, ne trouvez-vous pas ? D’ailleurs d’autres images vous attendent ici.

Cette année un travail important a été fait pour l’apprentissage des chants par cœur. Cela a permis au chœur de trouver une plus grande musicalité. Certes nous pratiquions déjà les mises en espace, en fonction des œuvres, mais chanter par cœur nous a ouvert de nouvelles possibilités dans l’interprétation d’œuvres religieuses (plus d’infos dans cet article). Plus de présence, plus d’écoute, plus de … communion… en somme, ce qui est bien le moins pour des compositions à vocation spirituelle.

2016_Dierre_IMG_1733Après un été de repos et d’occupations plus triviales – comme le camping ou les apéros en tongs – nous nous retrouverons à la rentrée pour préparer, entre autres, les 20 ans de l’Ensemble vocal Plurielles. La joie au cœur, toujours, et le cœur à l’ouvrage.

A bientôt ?

Lire l’article dans la Nouvelle République

3 réflexions sur “Dierre et d’aujourd’hui

  1. Contrairement à ce qu’on pourrait penser à première vue en regardant la photo du bas, les Plurielles ne sont pas en train de s’avancer vers le public en faisant un échauffement de Qi Gong ou de karaté ! Pas du tout !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s